Vendée Globe 2020
Voile MACSF
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Spi Ouest-France 2020 : douze professionnelles de santé prêtes à régater !

Spi Ouest-France 2020 : douze professionnelles de santé prêtes à régater !

Vidéos

24/09/20

Spi Ouest-France 2020 : douze professionnelles de santé prêtes à régater !

Elles ont entre 21 et 52 ans, sont médecin, kinésithérapeute, infirmière, auxiliaire de puériculture, assistante dentaire, étudiante en santé…. Ces douze professionnelles de santé composent deux équipages qui participeront au Spi Ouest-France, du 24 au 27 septembre à la Trinité-sur-Mer, aux couleurs de la MACSF et de l’association Horizon Mixité, fondée par la navigatrice Isabelle Joschke.

C’est une belle surprise de rencontrer ces professionnelles de santé de tous les âges, ultra-motivées, avec un bel esprit de compétition. Je suis contente de voir qu’elles ont envie de montrer que les femmes sont capables de régater.

« Le Spi Ouest-France est une régate mythique de 4 jours avec près de 350 bateaux inscrits chaque année. Je suis très contente de pouvoir le courir sous les couleurs de la MACSF, et aux côtés d'Isabelle Joschke, pour rencontrer une équipe de professionnelles de santé et progresser toutes ensemble ! », s’enthousiasmeLucie Gaudin, masseur kinésithérapeute de 30 ans. Comme elle, onze professionnelles de santé de plusieurs spécialités ont répondu à la proposition de la MACSF et d’Horizon Mixité de faire équipe sur deux voiliers « Grand Surprise » pour régater du 24 au 27 septembre prochains.

 

« C’est une belle surprise de rencontrer ces professionnelles de santé de tous les âges, ultra-motivées, avec un bel esprit de compétition. Je suis contente de voir qu’elles ont envie de montrer que les femmes sont capables de régater », se félicite Isabelle Joschke, marraine de ces deux équipages, et skipper de l’IMOCA MACSF pour le prochain Vendée Globe. L’association Horizon Mixité, qu’elle a co-fondée en 2012, s’est donnée pour mission d’encourager l’ambition des femmes, de combattre les idées reçues sur leurs capacités, et de faciliter leur accès à la compétition, en particulier à la voile sportive. Par son soutien à ce projet, la MACSF s’associe à l’objectif de valoriser l’ambition et l’audace des femmes, très nombreuses parmi ses sociétaires.

 

Un objectif qui motive les navigatrices en herbe, comme en témoigne Elodie Cade, 21 ans, étudiante en soins infirmiers : « Dans mon parcours d'étudiante infirmière et de jeune navigatrice, j'ai parfois été blessée parce que nous ne sommes pas assez reconnues. J'ai envie d'agir à mon échelle en participant au Spi Ouest-France pour montrer que les femmes aussi peuvent naviguer et pourquoi pas gagner ! ».

 

Convivialité et esprit d’équipe

Avant de prendre le départ du Spi Ouest-France, les deux équipages ont fait connaissance lors de deux week-end d’entraînement, la plupart n’ayant jamais régaté. Du temps notamment pour se familiariser avec les bateaux, se répartir les postes et travailler la coordination pour les manœuvres, sous les conseils de deux skippers professionnelles qui embarqueront avec elles pour les régates.

Du temps aussi pour partager des moments de convivialité et vivre une nouvelle expérience qui n’est pas sans leur rappeler leur métier. « La médecine et la voile sont deux mondes riches en expériences solidaires et en vécus partagés où prévaut l’esprit d’équipe », estime ainsi Clara Mouton, 23 ans, externe en 5e année de médecine.

Friederike Wilbert, pédiatre de 35 ans, fait également le rapprochement entre son univers professionnel et celui des courses au large : « Il existe plusieurs parallèles entre la position des femmes dans le monde de la santé et celui de la voile. Ces deux univers, longtemps dominés par des hommes, évoluent dans le bon sens. Plusieurs équipes mixtes, ou 100% féminines, ou des navigatrices en solitaire ont ainsi montré que les femmes avaient leur place sur l‘eau ». 

 

La voile et la santé : gagnantes dans la mixité

Si, cette fois, la navigation sera exclusivement féminine, les hommes ne sont pas oubliés pour autant par les équipières qui espèrent bien faire partie d’un équipage mixte une prochaine fois. « Ce que j'aime particulièrement dans la voile, la régate, la course au large, c'est que les hommes et les femmes courent ensemble, c'est une discipline mixte », souligne Lucie Gaudin, masseur kinésithérapeute de 30 ans. Un avis partagé par Mathilde Mauplin, 31 ans, elle aussi masseur kinésithérapeute : « Les femmes opèrent, soignent et naviguent ; la voile et la santé sont gagnantes dans la mixité ! ».

Partager

Retour aux actualités

ABONNEZ-VOUS AUX ALERTES VOILE MACSF ET RESTEZ INFORMÉ !

S'inscrire à la newsletter