Voile MACSF
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. [Récit] Rémi, collaborateur MACSF embarqué pour les Runs Azimut : « voilà comment cette aventure a démarré »

[Récit] Rémi, collaborateur MACSF embarqué pour les Runs Azimut : « voilà comment cette aventure a démarré »

Photos

23/09/22

L'IMOCA MACSF se présente le premier sur la ligne de départ. Nous allons ouvrir cette épreuve des Runs et nous sommes à bord !

Embarquement immédiat pour les Runs Azimut 

« Embarquez-moi à bord de l’IMOCA MACSF », voilà comment cette aventure a démarré. L’intitulé d’un mail envoyé en réponse à l’appel à candidature diffusé par l’équipe de Voile MACSF. Quelques semaines plus tard, je recevais l’invitation pour participer à l’épreuve des Runs du Défi Azimut 2022. 

Me voilà, quittant mon port d’attache de Bayonne pour rejoindre celui de l’IMOCA MACSF d’Isabelle Joschke, direction Lorient. 

Après avoir retrouvé l’ensemble des collaborateurs conviés à suivre les Runs sur un catamaran, Isabelle (ndlr : collaboratrice MACSF) et moi, embarquons à bord d’un zodiac avec Pierre et Jean-Marie (membres du team technique Voile MACSF), pour rejoindre le bateau qui a déjà quitté le port et nous attend en mer.  

Quelques minutes plus tard, nous montons à son bord. 

 

Un challenge sportif unique 

Isabelle Joschke (skipper MACSF), Alain Gautier (team manager) et Florian (boat captain), nous accueillent et nous font découvrir le bateau. Peu de temps suffisent pour se rendre compte que l’environnement est sommaire. À bord, il ne semble y avoir que l’essentiel pour naviguer, et naviguer vite ! C’est minimaliste et on imagine bien la rudesse d’être à bord plusieurs mois lors d’une épreuve en solitaire. On réalise aussi la chance de pouvoir découvrir l'IMOCA dans les conditions d’une course. D’ailleurs, à peine le temps de prendre nos repères que les Runs vont démarrer ! 

Les Runs Azimuts consistent à parcourir une distance d’un mille environ et ce, le plus rapidement possible. Les IMOCA sont divisés en 2 poules dans lesquelles chacun s’élance pour 2 runs qualificatifs. Les 6 premiers de chaque poules s’affrontent ensuite sur 2 runs supplémentaires pour déterminer le plus rapide de la journée. 

La direction de course annonce l’ouverture imminente de la ligne de départ. Isabelle et son équipe établissent leur stratégie pour composer au mieux avec un vent plutôt faiblard et irrégulier. Qu’importe, l'IMOCA MACSF se présente le premier sur la ligne de départ. Nous allons ouvrir cette épreuve des Runs et nous sommes à bord ! Malgré le vent faible, c’est assez dingue et grisant de ressentir comme le bateau capte le moindre souffle pour prendre de la vitesse. La mer est belle, on glisse jusqu’à la ligne d’arrivée, quelles sensations. 

Débrief du run, échanges stratégiques de l’équipe pour la conduite du second run et nous virons de bord pour aller nous repositionner vers la ligne de départ. Les collègues nous suivent et nous rattrapent à bord du catamaran. Isabelle vogue désormais vers la ligne de départ au son des cris des encouragements des collaborateurs MACSF « Isa, Isa, Isa… ». 

Nous n’aurons pas la chance que le vent s’établisse pour le second run. Malgré ça, les sensations sont incroyables. On s’imagine celles-ci décuplées quand le bateau peut naviguer dans des conditions optimales. L’équipage n’est pas entièrement satisfait, nous, on reste ravi. Ce format de course express suffit à se rendre compte qu’il y a bien une chose qu’on ne peut maîtriser : les éléments. Un vent favorable peut vite changer la donne, surtout sur une distance si courte.  

Isabelle, Alain et Florian débriefent en attendant les résultats. Cette épreuve permet de voir Isabelle en action mais c’est aussi l’occasion d’être témoin privilégié du travail de toute une équipe. Assister à leurs échanges, constater la synergie autour de notre skipper et découvrir le rôle de chacun pour affirmer qu’un sport dont l’image dominante est individuelle s’avère être construit sur un collectif, indispensable dans la performance. 

 

Fin d’une course, début d’une initiation 

Les résultats tombent, nous ne sommes pas qualifiés. Ça signifie fin de la course et retour à la base. Nous, on serait bien resté à bord pour 2 runs supplémentaires ! Finalement, retour à la base ne signifie pas vraiment fin de la course. L’équipage profite de ce retour et d’un vent qui s’établit pour pousser un peu l'IMOCA pour notre plus grand plaisir. Nous avons même l’occasion de participer à quelques manœuvres et de « wincher » auprès d’Isabelle et Alain, merci pour ça. 

La Base de Lorient est en vue et symbolise la fin de cette belle expérience. On s’amarre au ponton, on discute avec tout le team MACSF pour profiter au maximum de ces moments privilégiés puis vient le temps de quitter le bateau, en souhaitant tout le meilleur possible à Isabelle et son équipe. 

L’IMOCA MACSF termine à la 14ème place des runs juste avant de partir pour la seconde épreuve qui sera le premier vrai test pour Isabelle avant le départ pour la Route du Rhum, que nous ne manquerons pas de suivre de près. 

Isabelle, Marine, Alain, Florian, Pierre, Jean-Marie : merci pour l’accueil et les bons moments. Bon vent ! 

Merci à la MACSF pour cette expérience inoubliable. 

Partager

Retour aux actualités

Articles en relation

ABONNEZ-VOUS AUX ALERTES VOILE MACSF ET RESTEZ INFORMÉ !

S'inscrire à la newsletter